C’est qui le patron ?

Dimanche dernier, j’essayais de mitonner pour des amis un bon petit plat, mais les choses ne se passaient pas tout à fait comme prévu… J’avais décidé de m’attaquer à une nouvelle recette, dont je maîtrisais mal les techniques, et pour couronner le tout, mon impatience naturelle en matière de cuisine m’avait fait prendre quelques libertés fâcheuses avec les instructions de la fiche. Tout en tripatouillant sans grande conviction mon poulet, j’ai fini par me faire la réflexion que décidément, quand l’incompétence et la paresse s’allient, les difficultés s’accumulent !

D’ailleurs, dans un projet, nous ressentons souvent que nous tenons deux rôles à la fois : d’un côté le chef, « le patron », celui qui définit l’objectif et les procédures à mettre en œuvre, et de l’autre « l’employé », qui exécute avec plus ou moins d’entrain ce qui a été décidé. Bref, la tête et les jambes ! Mais si notre patron interne ne sait pas bien ce qu’il veut ou qu’il en demande trop à son équipe, et que notre employé personnel rechigne à la tâche, rien ne se fait et nous remettons sans fin à demain ce qui pourrait être fait dès aujourd’hui… Alors, comment casser le cycle de la procrastination et s’améliorer ? Voici mes 4 conseils pour travailler plus efficacement :

1. Bien planifier ses projets

C’est le premier devoir de votre patron personnel : pour être efficace, il faut s’organiser à l’avance. Vous devez définir clairement vos objectifs, si besoin en les notant sur papier. Dans l’idéal, il serait également judicieux de donner une date limite à votre projet avec éventuellement un échéancier complet si il est ambitieux. Profitez-en aussi pour lister les coûts (le cas échéant), le matériel nécessaire et les techniques à utiliser : meilleure est la préparation, plus facile sera la réalisation !

2. Connaître ses limites

Toujours dans le rôle de patron, ne vous en demandez pas trop, au risque de ne pas réussir à tenir vos objectifs. Un projet qui tient compte de vos limites aura beaucoup plus de chance d’être accompli rapidement et efficacement. Considérez l’ensemble : le temps qui vous est disponible, les aptitudes de votre employé interne, les ressources dont vous disposez… Ce n’est pas simple d’être réaliste sur ses propres capacités : n’hésitez pas à demander l’avis d’un de vos proches ou celui d’un collègue de confiance, par exemple.

3. Découvrir ses motivations

Si on reprend la métaphore, vous savez maintenant ce que veut votre tête (= mener à bien le projet), mais vous êtes-vous demandé ce qui va motiver vos « jambes » ? Eh oui, au quotidien, nos envies sont plutôt terre-à-terre : faire une pause, se détendre, aller se chercher un café… Si votre employé a besoin d’un petit coup de pouce pour s’y mettre, utilisez le principe de la carotte, soit « je finis cette tâche et je prends un thé » ou « si c’est bouclé dans une heure, j’aurai le temps d’aller au cinéma ». Accordez-vous de petites récompenses au fur et à mesure : vous verrez, vous aurez atteint votre objectif en un rien de temps !

4. Utiliser  » le flux « 

Le flux, appelé aussi « expérience optimale », a été défini dans le cadre du courant de la psychologie positive, par Mihaly Csikszentmihalyi  (prononcez : Chic-Sainte-Mihal). Il a notamment découvert que nous éprouvons des moments de grâce, de facilité, d’expression naturelle de nos talents quand d’une part nous avons un défi à relever et que d’autre part nous nous sentons capable de le relever (le « patron » et l' »employé » sont unifiés). Sans défi nous nous ennuyons. Trop de défi provoque de l’anxiété. Sans confiance en soi, le doute s’installe et la procrastination s’ensuit. C’est avant tout une question de prise de conscience de l’instant présent.

Il faut s’habituer à prendre conscience de notre capacité à être dans le flux. Nous sommes alors plus autonome, plus créatif, on ne nous manipule pas facilement à coup de bâton ou de carotte (pas de contrainte externe, et intérieurement nos rôles « patron » et « employé » sont interdépendants). Plus impliqué, plus efficace, nous nous sentons maître de notre vie.

Pour cela il faut s’entraîner, même pour faire un bon petit plat !

Et pour vous, comment agit le « patron » ? Comment réagit « l’employé » ? Fonctionnent-ils de concert ?

Commentez ci-dessous :

Par Jean-Guy PERRAUD

Phasellus bibendum risus et justo vehicula, blandit ullamcorper ante condimentum. Sed sem augue, fermentum at consequat a, imperdiet vel nunc. Mauris ipsum felis, rutrum at eros at, molestie varius ante. Aenean at egestas nibh, quis elementum tortor. Integer et efficitur leo. Fusce a nulla leo. Quisque eu auctor purus. Sed non sapien tellus. Phasellus eu metus et ex rutrum pulvinar ut et ex. Duis mauris augue, vulputate a interdum ut, sollicitudin vitae nisi. Phasellus non ligula mauris. Ut a ligula nisi. Nullam a quam et ex porttitor faucibus et quis elit.

14 commentaires

  1. IL faut toujours être dans le flux. Cette expérience optimale nous enseignes les comportements des pions qui sont maitre de leur vie et qui décident des résultats qu’ils veulent obtenir.

  2. Justement le problème c’est de trouver la cohérence entre ou d’unifier comme vous dites le « Patron et l’employé », et la phase de se ressourcer et de trouver des motivations et une étape négligée.

  3. Bonjour Jean-Guy,
    très satisfait de vous émail, de votre travail et de votre acharnement, je vous remercier pour les articles déjà reçu, à partir du Maroc il y a des difficultés pour régler des achats?
    bien cordialement.
    My Taib Belghiti.

  4. Salut;

    C’est interessent l’approche que vous developper mais tjs l’achat est dificille à partir du Maroc; avoir un représentant au maroc serait important et facilitateur des évenements.

    Cordialement.

  5. J’adore cette notion d’expérience optimale. Quand je suis dans cet état je ne vois pas le temps passer.
    Et je suis hyper créative. Du vrai bonheur !
    Merci Jean-Guy

  6. Cher Jean-Guy
    très satisfait de vos e-mail , très apprentis votre courage et volante a nous envoyer des e-mail sans baisser les bras .
    Nous au Maroc on essaye de faire des achats de vos succe mais la loi nous interdit l’envoie d’argent a l’étranger sauf avoir carte visa international , ce que je n’ai pas alors cherche nous a faire paye nos achat au Maroc par l’un de vos représentant .
    tu as tout les solutions alors trouves moi une pour mois ?.
    Merci et je te félicite de ce que tu fait , un jour tu pourra traduire tes livres et conseil en Arabe et ca sera le boum de l’annes . Bon Courage
    Mr Rachid

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *